coupe du sol coupe du sol coupe du sol
Les sols du domaine sont des
brunisols
Brunisol : sol caractérisé par la présence d’un horizon structural non calcaire, coloré en brun par les oxydes de fer liés à l’argile, présentant une macro-porosite fissurale et biologique.
argilo-limoneux, riches en fer. Ils sont situés sur des côteaux orientés soit plein Est, soit plein Sud.

Ces sols ont toutes les caractéristiques des grands terroirs viticoles :
- une alimentation azotée maitrisée

Le pH du sol est sur le domaine Catleya légèrement acide (pH 6). Cela ralentit la transformation de la
matière organique
Matière Organique : matière du sol composée d’organismes vivants, de résidus de végétaux et d’animaux et de produits en décomposition. Elle ne représente, en général, que quelques pourcents (0,5 à 10 %) de la masse du sol. Sous l’action de l’érosion, du défrichage, des micro-organismes, de l’oxydation naturelle et plus généralement des processus physico-chimiques, la matière organique se transforme en matière minérale.
. La vigne n’est ainsi jamais en situation de surconsommation azotée, synonyme de surproduction en fruits (baisse de la qualité des raisins) et en feuilles (risque accru de maladies).

- une alimentation hydrique équlibrée

Le sol est constitué majoritairement d’argiles, entre 20% et 45% suivant les horizons. Ces argiles fournissent à la vigne une alimentation hydrique continue et modérée pendant sa période de croissance, de mai à juin.

Fin juillet, du fait des chaleurs estivales, le stock d’eau disponible diminue, entraînant une contrainte hydrique au niveau de la plante. Cela enclenche l’arrêt de croissance de la vigne et une redistribution des éléments prélevés et produits par la plante vers les raisins. Ce processus est très favorable à la qualité des grappes.

- un gradient d’argile optimal

L’augmentation verticale du taux d’argile accroît la densité du sol. Le développement du système racinaire devient plus difficile, la profondeur augmentant. La pousse se fait donc préférentiellement dans les premières dizaines de centimetre du sol. Du fait d’une densité élevée de plantation (6 536 ceps/ha), il se crée une concurrence entre les racines de chaque cep. Cette concurrence limite la vigueur de la vigne et privilégie qualité et concentration des raisins.

Pour entretenir les sols, nous laissons un enherbement permanent et naturel, qui lorsqu’il atteint une hauteur de 60 cm, est couché pour former un paillis. Cela permet de structurer le sol et d’encourager l’installation d’une faune et d’une flore variée.